Comment faire plus en faisant moins

faireVoila un paradoxe intéressant. On a tous essayé de se mettre à la tâche en faisant des plans et des listes, en ajoutant des tâches à nos journée. Sans Succès. En fait,on a commencé à voir des changements en retirant des activités de mes journées. Autrement dit, plutôt que de la fuir, on a attaqué la procrastination sur son territoire. On a démantelé un a un les refuges que l’esprit avait érigé pour éviter de faire quelque chose d’important. En commençant par celui qui pour moi était le plus redoutable : YouTube.

On a perdu des milliers d’heures sur le Tube. Des heures qui ne reviendront pas, et desquelles on ne garde aucun souvenir. Du temps perdu au sens le plus lamentable du terme. YouTube a bercé d’une illusion très dangereuse : Celle du choix. Puisque on choisissait le contenu, on était bien plus intelligent que les gens qui regarde la télé. Foutaises. On a juste fournit au cerveau un outil surpuissant pour se divertir sans aucun effort. A n’importe quel heure du jour ou de la nuit. Un dealer de sérotonine à portée de clic. Un vol en première classe vers le confort et la passivité. Une assurance tout risque contre toute action importante pour ma vie.

Nous vivons une époque d’addictions. Sans nous en rendre compte nous cédons peu à peu tout notre temps libre, notre volonté d’élévation et notre capacité à créer. Pourquoi entreprendre, alors que des récompenses immédiates, nombreuses et quasi-gratuites sont disponibles sans aucun efforts? Pourquoi se soumettre à une discipline, se consacrer à un art qui mettrons des années à porter leurs fruits alors qu’une satisfaction facile et renouvelable à souhait attend juste sous notre nez?

La société de loisirs fait de nous des drogués. On s’en est rendu compte en sortant YouTube de ma vie. Cette expérience a été très proche d’un sevrage de drogue dure. Incroyablement difficile durant les deux premières semaines. Puis petit à petit le cerveau s’est réorganisé pour s’adapter à ce manque de récompense quotidienne. On a par la suite appliqué le même procédé aux autres sources de « divertissement » pour le cas principalement liées au Web.

Le résultat a été une quantité de temps inutilisé considérable dans mes journées. Le « sevrage » ayant été Particulièrement difficile on a catégoriquement refusé d’employer ce temps à de nouvelles addictions. Et par manque d’options plus que par réelle motivation, on s’est mis au travail.

On considère la lutte contre les distractions comme un des leviers les plus efficaces pour se débarrasser de la procrastination. C’est un changement structurel qui va forcer d’autres changements en libérant le temps nécessaire à l’installation de nouvelles habitudes, plus saines. Essayez donc de supprimez une source de distraction dans votre vie. Télé, Jeu Vidéos, Internet… Plus cela prend de votre temps actuellement, plus ce sera difficile, plus cela est nécessaire.