Pourquoi vous devez vous lancer avant de vous sentir prêt ?

Pourquoi vous devez vous lancer avant de vous sentir prêt

Si vous avez tendance à tergiverser pendant des semaines avant de vous lancer dans un nouveau projet, vous perdez un temps précieux.

Oui, il est important de se renseigner et de se préparer pour augmenter ses chances de réussite. Mais la surpréparation a un effet très néfaste: Elle vous place dans une démarche uniquement théorique qui vous éloigne peu à peu de l’action.

Et elle vous cache une vérité qui peut faire tomber votre projet à plat:

Vous ne serez jamais prêt

Il y a des choses qu’on apprend uniquement par l’expérience. Vous pouvez lire tout ce que vous voulez sur le saut en parachute, vous ne serez pas préparé pour votre premier saut.

Toute nouvelle expérience est un saut sans filet.

Souvent ce qui peut passer pour de la préparation n’est en faîte que de la procrastination. La préparation ne devient plus qu’une excuse pour repousser le temps de l’action. Et éventuellement les difficultés théoriques nées de cette phase de préparation finissent par avoir raison de l’ensemble du projet.

On a dû « préparer » des dizaines de projets au cours des 10 dernières années. Et pourtant, les seuls qui ont vu le jour ont été ceux qui ont bénéficié d’actions rapides.

On a maintenant compris le piège de la préparation: Elle apporte une satisfaction qui se suffit à elle même. Il y a en effet un certain plaisir à dresser des plans, et à s’imaginer leur déroulement.

La phase d’action apparait alors comme un risque de voir détruit les beaux plans que l’on a mis en place.

On finit par ne plus vouloir réaliser ce qu’on a longtemps imaginé de peur que tout ne se passe pas comme prévu.

Et vous pouvez être tentés de ranger ce projet dans la case « à faire un jour » pour le simple plaisir de préserver une illusion.

Car au fond de vous, vous le savez très bien: aucun plan ne se déroule comme prévu.

Pendant que vous tergiversez, d’autres se lancent

Nous avons tous des personnalités différentes. Et pendant que certains d’entre nous pèsent le pour et le contre à ne plus en finir, d’autres se lancent sans trop réfléchir et amassent de l’expérience alors que vous amassez des connaissances.

Bien sûr, c’est un comportement qui présente sa part de risques. Prendre un pari sans rien calculer, c’est la recette certaine d’un gros revers.

Mais il y a une certaine magie dans l’audace et dans l’action. Et ça, beaucoup de personnes qui réussissent vraiment le savent.

Pensez à Richard Branson qui s’est lancé tour à tour dans l’industrie de la musique, de l’aviation, des télécommunications, et on en passe. Il est juste impossible pour un seul homme d’être « prêt » sur autant de sujets différents lorsqu’il démarre.

A plus petite échelle, pensez à votre premier boulot, vous sentiez vous prêt dès votre premier jour? Et pourtant, vous avez survécu (enfin on espère).

Si comme moi vous souffrez d’une tendance à trop préparer, la solution consiste à prendre un engagement très tôt dans votre phase de préparation. Soit vous dîtes à tout votre entourage votre intention (la pression sociale se chargera alors de vous botter les fesses), ou vous pouvez prendre un engagement financier: Acheter ce qui est nécessaire pour votre projet (l’argent dépensé est aussi un puissant levier d’action).


La préparation d’un projet est excitante, car elle porte en elle des possibilités infinies et des rêves à accomplir. A l’inverse de sa réalisation qui relève plus de la gestion de problèmes et de la persévérance.

Il est aisé de comprendre notre envie de s’attarder dans les sentiments agréables de la préparation et de différer le plus dur.

C’est pourtant l’action qui amène tout changement positif. Et le sentiment d’un projet réussi outrepasse très largement tout ce que la préparation peut délivrer en dopamine.