Comment traiter les troubles du comportement ?

troubles du comportement

Publié le : 10 novembre 20209 mins de lecture

Depuis des années, un grand nombre de personnes souffrent de certains troubles psychiques et en souffrent énormément tout au long de leur vie. Les personnes qui en souffrent ont l’impression de ne plus vivre dans le monde réel : certaines d’entre elles sont bloquées dans le passé et d’autres sont plus anxieuses concernant le futur. Tout comme les différents types de maladies, les maladies psychiques ont des traitements qui leur correspondent et doivent être soignées le plus vite possible. Plus les patients font une consultation le plus tôt possible, plus leur chance de guérir dans un temps relativement court est beaucoup plus importante. Afin d’accélérer votre traitement, vous pouvez commencer par identifier par vous-même le type de troubles dont vous ou votre proche en souffrez. Après la validation du psychiatre, vous pouvez voir avec lui le traitement convenable à votre situation. 

Quelle est la différence entre la schizophrénie et les troubles délirants ?

Étant une maladie psychiatrique, la schizophrénie est caractérisée par divers symptômes tels que les délires de persécution, les hallucinations, les discours perturbés. Plus graves encore, ils peuvent arriver jusqu’à l’isolement social et le repli sur soi. Selon une enquête réalisée précédemment par un psychiatre, cette maladie est beaucoup plus récente à l’âge de l’adolescence, à partir de 15 à 35 ans. Elle peut être due à un facteur génétique, mais la plupart du temps, elle peut surgir suite à des problèmes au cours du développement fœtal ou de la consommation de produits psychotropes (provoquent une réaction chimique sur le mental) tels que le cannabis.

À l’instar de la schizophrénie, les troubles délirants se manifestent par la présence d’idées délirantes. Toutefois, leurs symptômes ne sont pas accompagnés d’hallucination ni de discours égaré.

Selon un expert psychiatrique, ces troubles peuvent provenir de l’érotomanie (amour à distance), d’une crise de jalousie, de toute forme de trahison. Étant une forme apparente de paranoïa, le trouble délirant transparaît chez les personnes d’âge plus ou moins avancé. Si vous souhaitez obtenir plus d’informations, rendez-vous sur ce site.

Qu’en est-il des troubles de l’humeur ?

De nature terne, irritée, morose, les personnes atteintes de troubles de l’humeur sont facilement reconnaissables à travers leurs émotions. En général, elles peuvent éprouver des émotions négatives lancinantes. Ce trouble peut se présenter sous forme de dépression, de bipolarité ou d’hypomanie. La dépression empêche la personne de voir les bons côtés des choses, il lui arrive souvent de perdre du tonus. Elle fait souvent face à de l’aporie peu importe la situation devant laquelle elle se trouve. De ce fait, elle a du mal à s’acquitter de ses obligations personnelles et professionnelles. En relation avec les changements d’humeur ou les sauts d’humeurs fréquents, la bipolarité fait souffrir un grand nombre de personnes. Elle peut avoir des conséquences graves et parfois critiques sur le mental de la personne concernée. Cette maladie chronique est caractérisée par le dérèglement de l’humeur de manière subite menant à une exaltation ou une dépression. L’hypomanie, quant à elle, est un état psychiatrique qui rend la personne irritable, omniprésente. Cela peut mener à des troubles mentaux ou des troubles comportementaux concomitants.

Découvrez les troubles névrotiques et les troubles du comportement sexuel

Le trouble névrotique se diffère de tous les autres par la conscience du patient de son état. Il ne s’échappe pas trop de la réalité. Il a deux formes principales qui sont : la phobie sociale et l’anxiété, l’obsession. La phobie sociale ou blemmophobie concerne la peur de s’adresser à des inconnus, d’aborder quelqu’un, de parler en public ou d’être en contact avec des personnes qui ne lui sont pas familières par peur ardente du regard des autres. Les troubles anxieux touchent également une grande partie de la population. Les personnes atteintes par ce trouble sont constamment inquiètes et disproportionnées face à la réalité. En général, cette inquiétude ne se fixe pas sur un thème, mais sur plutôt sur plusieurs thèmes en même temps. Ce qui les inquiète, la plupart du temps, c’est leur emploi, leur financement et surtout leur avenir. Souvent de nature inconnue, ce trouble est un danger imminent qui peut affecter le côté émotionnel, somatique, cognitif ou comportemental du patient. Pour finir, les troubles obsessionnels compulsifs concernent les pensées obsédantes qui font souffrir les patients à travers la répétition de leurs rituels. Ainsi, les patients peuvent se laver les mains à plusieurs reprises sans le faire exprès, vérifier plusieurs fois s’ils ont bien fermé les portes et les fenêtres, etc.

En ce qui concerne les troubles du comportement sexuel, le fétichisme et le sadomasochisme sont les plus connus. Relativement au sexe, ces troubles correspondent à une excitation sexuelle en voyant une partie du corps de l’autre telle que les pieds, les jambes, des différents accessoires (chaussures, collants, jupes, etc.), d’une matière comme le cuir, le jersey… Pour ce qui est du sadomasochisme, il s’agit d’un acte sexuel employant la douleur et l’humiliation afin de rechercher le plaisir.

Quels sont les traitements nécessaires pour aider les patients à contrôler leurs troubles ?

Comme la plupart de ces troubles peuvent provenir d’une tumeur cérébrale ou d’une maladie d’Alzheimer, la prise d’antibiotiques et d’autres médicaments peut minimiser la fréquence des crises. Le dosage sera prescrit par le médecin et doit être respecté pour éviter le risque de sous-dosage ou de surdosage. Quelquefois, les traitements naturels sont la meilleure solution face au trouble du comportement. Quoi qu’il en soit, un suivi psychologique est fortement recommandé pour accompagner les patients dans leur combat. Pour s’assurer de bénéficier des bons traitements, il est conseillé de se rapprocher d’un psychologue le plus tôt possible afin de minimiser les dégâts. Il faut noter qu’une fois arrivé chez le psychiatre, il va directement faire un diagnostic pour identifier le niveau de gravité de vos troubles et de vos souffrances. Si besoin, il peut vous orienter vers un psychiatre ou un thérapeute spécialisé selon votre cas. Un conseil à prendre en compte : dès que vous constatez que vous avez un certain trouble chez vous et chez votre proche, ne tardez pas pour consulter un psychologue. Plus vous le consultez tôt, moins graves seront les complications. Après, assurez-vous de bien suivre les conseils qui vous sont fournis afin d’accélérer le traitement.

Les traitements naturels peuvent être plus efficaces que les traitements chimiques

Selon un docteur, parfois, les traitements naturels fonctionnent mieux que les traitements chimiques. C’est la raison pour laquelle il recommande l’hypnose, la méditation, le changement de rythme de vie, la naturothérapie. De façon générale, les médecins ne possèdent pas de formule prérequis pour traiter leurs patients, car leur cas peut varier d’un individu à l’autre. De ce fait, ils vont analyser la situation de chaque patient afin d’identifier le type de traitement qu’il doit suivre. L’hypnothérapie est conseillée pour atténuer les symptômes du trouble de l’attention tel que le trouble de la concentration, le trouble du sommeil. La naturothérapie est plutôt appliquée chez les personnes qui souffrent de troubles d’attention et de glycémie en même temps. À ce moment-là, le naturopathe les accompagnera dans le calibrage de leur alimentation et la réduction de leur indice glycémique. La psychothérapie est un traitement qui atténue les symptômes psychiques liés au trouble de l’attention. Sont concernées par ce traitement, les personnes qui ont un faible estime de soi, un manque de valeur, un manque de confiance de soi.

Plan du site