Comment (ré) apprendre à apprendre

Publié le : 05 décembre 20187 mins de lecture

On s’est fixé un challenge d’apprentissage corsé pour cette fin d’année : Apprendre le SEO. On fait la promotion d’Anti Procrastination uniquement par les réseaux sociaux.

Seulement cette résolution nous a amené à un bien triste constat: On ne sait plus apprendre de manière efficace. Internet nous fait crouler sous un nombre sans cesse croissant d’informations. Comment la trier, la sélectionner et surtout la mettre en pratique?

Apprendre

Nous sommes nombreux à avoir oublié comment apprendre. Peu d’entre nous peuvent se vanter de connaître un domaine sur le bout des doigts, et pourtant c’est ce que font les personnes les mieux payées sur cette planète.

Revenir aux Bases

Il est important de commencer par une petite leçon d’humilité. On ne sait pas grand chose d’utile. Certes, nous emmagasinons chaque jour des quantités astronomiques d’informations, plus que jamais dans l’histoire de l’humanité, mais cette information est à 95% complètement inutile et la plus grande partie sera de toute façon perdue pour notre mémoire à long terme.

Il en résulte une image faussée de nos connaissances: L’impression d’en savoir beaucoup, alors que vous avez probablement un champ de compétences très réduit, cantonné à votre activité professionnelle et éventuellement quelques hobbies.

(Ré) apprendre à apprendre, c’est d’abord accepter de revenir aux bases. L’apprentissage d’un domaine complexe est un processus très long qu’on a souvent envie de raccourcir par le biais de « trucs » lus sur internet.

Seulement il n’y a pas de raccourcis qui ne se payent pas sur le long terme. Tout le monde peut appliquer une méthode complexe à condition que tout se passe comme prévu. A la moindre anicroche sans une bonne connaissance des bases, c’est la panique.

Il faut résister à la tentation de faire complexe « parce que c’est ce que les pros font » pour se concentrer sur l’apprentissage fondamental. Du moins au début.

À lire en complément : Comment utiliser la procrastination pour apprendre l’anglais

Privilégier la Pratique à la Théorie

Certaines personnes ne peut pas passer des heures à se renseigner sur un domaine sans jamais rien mettre en pratique. En quelque sorte, on se satisfait de la pensée: « on est capable de le faire« .

Bien sûr, c’est une illusion. Vous ne savez rien tant que vous n’avez pas mis les pieds dans le plat. Dans un sens, cela rend mon travail un peu vain. Il faut apprendre comment travailler sur internet, partir au bout du monde et réaliser vos rêves, tant que vous ne passez pas à l’action, vous n’en savez pas grand chose.

Les américains parlent souvent de la Règle des 10.000 heures. Autrement dit, pour devenir un expert dans une tâche complexe, il faut passer le cap des 10.000 heures de pratique. 10.000 heures de lecture peuvent bien sûr aider, mais ne vous emmèneront jamais aussi loin.

La pratique permet une boucle d’apprentissage simple: Essayer -> Échouer -> Ajuster -> Réessayer -> Ré échouer -> Réajuster -… Jusqu’à développer une connaissance aiguë de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas.

Niels Bohr« Un expert est quelqu’un qui a fait toutes les erreurs possibles dans un domaine restreint »

Niels Bohr

La théorie ne peut pas remplacer ça. Les experts écrivent très souvent des livres. Et pourtant, la plupart de ceux qui les lisent ne parvient jamais à un niveau d’expertise élevé.

La raison est simple, quelques lignes lues sont vite oubliées, alors que nos expériences nous marquent au fer rouge.

Être Spécialiste VS Être Généraliste

Vaut- il mieux en Savoir beaucoup sur un sujet ou en savoir un petit peu sur tout? Être généraliste c’est bien. N’être que généraliste c’est dangereux.

Quelle est votre compétence principale? Faîtes vous partie des meilleurs dans votre domaine?

Si vous avez du mal à répondre à ces deux questions, c’est probablement que vous pratiquez une activité qui vous intéresse peu, comme à peu près 95% des gens…

Les gens passionnés font souvent partie des meilleurs. Ils ne comptent pas les heures et engrangent donc de l’expérience bien plus vite que les autres. Trouver ce qui vous passionne vraiment. Non seulement votre travail ne ressemblera plus à un travail, mais vous allez vite évoluer par rapport à ceux qui pratiquent cette activité « parce qu’il faut bien faire un métier ».

Votre portefeuille vous en remerciera.

Toutefois, attention à l’hyperspécialisation. Nous sommes dans un monde qui évolue vite. Et les robots auront remplacé bien des emplois dans 20 ans. Attention à la casse si vous ne possédez qu’une seule compétence et qu’un programme se retrouve soudainement moins cher et plus efficace que vous. Même si vous êtes le meilleur, vous serez obsolète.

Le choix de votre compétence principale est crucial. Avec la règle des 10.000 heures, vous savez qu’il vous faudra entre 5 et 10 ans pour arriver au top niveau, et que c’est un travail qui pourrait être rendu inutile par une simple innovation informatique ou robotique.

Vous n’avez tout simplement pas le temps de faire quelque chose qui ne vous passionne pas.


Il ne faut jamais cesser d’apprendre. Heureusement, Internet nous permet aujourd’hui d’être autodidacte dans quasiment tous les domaines.

Comme souvent avec le web, c’est une évolution à double tranchant. D’un coté cela ouvre des portes sur des connaissances sans précédents dans l’histoire humaine, d’un autre coté, tous les bénéfices d’une éducation « sous tutelle » disparaissent.

Et ils serait dommage de les sous estimer. On apprend jamais mieux que sous la direction d’un mentor. Quelqu’un qui à déjà réussi ce que vous souhaitez entreprendre peut vous faire économiser des années d’apprentissage.

Plan du site