Comment persévérer : 7 leçons pour ceux qui abandonnent toujours leurs projets

Vous l’avez peut être remarqué pendant 9 mois, on n’a publié que 3 articles. On pourrait dire qu’on a perdu la motivation, qu’on a orienté l’énergie vers autre chose, ou qu’on n’avait plus d’inspiration.

Tout cela est vrai. Mais il s’agit ici de symptômes et non de la cause réelle. Si on a arrêté de publier régulièrement, c’est tout simplement qu’on avait décidé de faire « une pause ».

Lorsque vous entreprenez quelque chose, faire une pause est une terrible erreur. Vous croyez vous arrêter pour une ou deux semaines, et avant que vous ne vous en rendiez compte, tout ce qui maintenait votre projet en vie a foutu le camp.

Motivation moins évidente, plan flou, échéances incertaines.

Lorsqu’on veut faire une pause, on s’imagine forcément que tout ira bien lorsqu’on se remettra au boulot, on résoudra nos problèmes, on corrigera nos erreurs.

Mais vouloir faire une pause c’est l’indication claire qu’il y a déjà quelque chose qui cloche.

Il est plus facile de continuer que de s’arrêter et de recommencer

Faire une pause, c’est prendre le risque de ne jamais se remettre au boulot. On est sûr qu’il vous est déjà arrivé de remettre la fin d’un projet à plus tard, puis que ce « plus tard » s’est transformé en jamais.

Parce que lorsque nous nous arrêtons, reprendre est difficile.

Les obstacles nous paraissent plus gros. On a conscience des erreurs qu’on a pu faire. Et partir sur un projet neuf est plus attirant. Page blanche, on est soulagé de voir les obstacles disparaître et on(?)donc aussi le travail fourni qui est perdu.

Malheureusement, c’est une stratégie qui ne peut vous amener nulle part. Vous rencontrerez forcément des obstacles dans vos projets d’envergure. Et vous ferez forcément des erreurs. Dans ces moments difficiles, vous aurez envie de faire une pause.

Mais cette pause, c’est la mort quasi assurée de votre projet. Si vous devez absolument faire une pause, alors faîtes la quand tout va bien. il faut que vous soyez excité de revenir à votre projet. Ou bien vous n’y reviendrez pas.

Le travail n’est jamais fini

« Celui qui n’est pas occupé à naître est occupé à mourir »
Bob Dylan

Tout deviendra plus simple lorsqu’on aura le bac.

Tout deviendra plus simple lorsqu’on sera diplômé.

Tout deviendra plus simple lorsqu’on aura un emploi.

Tout deviendra plus simple lorsqu’on sera à la retraite.

On aime imaginer que la vie a une ligne d’arrivée où les soucis prennent fin et nous voilà enfin libres. Ces lignes d’arrivée sont fictives. Le combat ne s’arrête jamais.

La seule liberté que vous avez, c’est de choisir vos combats.

Pour celui qui ne choisit pas ses combats, la vie est une suite de longs désagréments, de choix imposés, et éventuellement de regrets. La phrase « le travail n’est jamais fini » le remplit de terreur.

Pour celui qui choisit ses combats, la vie est une suite d’opportunités. La perspective d’avancer dans sa vision le remplit d’excitation. La phrase « le travail n’est jamais fini » est pour lui une source de réconfort.

Lorsque vous vous arrêtez, un autre continu

La compétition fait partie intégrante de l’expérience humaine. Ce que vous voulez, d’autres le veulent aussi. Y compris des gens plus intelligents ou aptes que vous.

Il n’y a qu’une seule chose sur laquelle vous pouvez vous assurer d’être imbattable, votre engagement. L’intelligence ne vaut rien couplée à une volonté faible. Un talent inné se fera vite rattraper sans un travail régulier pour l’entretenir et le développer.

Les personnes capables de développer une vision et qui ont la volonté pour l’implémenter sont comparativement rares. Ce sont eux votre véritable compétition et vous devez vous élever à leur niveau pour rentrer dans le game.

Lorsque vous êtes tenté de vous arrêter dans votre ambition, pensez à cet autre dans la même situation que vous qui continue sans relâche…

La persistance prévaut sur l’intensité du travail

Lorsqu’on attend d’être motivé pour travailler, on travaille très irrégulièrement. En général la motivation arrive un peu quand elle veut, reste deux ou trois heures, puis fout le camps.

Travailler 2 ou 3 heures de manière irrégulière ne vous aide pas à obtenir des résultats. Vous seriez bien mieux à travailler 20 minutes par jour sur votre projet sans jamais manquer une échéance.

C’est là qu’entre en jeu la discipline. Elle seule peut vous permettre d’atteindre le mindset pour travailler de manière régulière, quelle que soit la motivation.

lire: Discipline, pourquoi il faut s’en faire une alliée

lire: Développer sa discipline, peur et espoir

Vouloir des résultats rapides, c’est bien. Sauf si vous sautez des étapes. On aime tous les histoires de losers qui sont devenus superman en 1 mois. Mais ces histoires projettent de mauvaises croyances.

Soyez patient. En étant régulier et persistant vous verrez de premiers résultats en quelques mois. Mais pour atteindre vos ambitions les plus chères, la route se compte probablement en années.

Pour de grands résultats, visez des petits changements

31 décembre. C’est décidé. A partir de demain, vous arrêtez la clope, faîtes du sport 3 fois par semaine et vous démarrez ce business dont vous rêvez tant.

9 Janvier. C’est râpé. On dirait bien que ce sera pas pour cette année finalement.

Dommage. Car si ce nouveau « vous » dont vous rêviez à la veille de la nouvelle année n’avait aucune chance de se (?) naître le jour suivant, il aurait très bien pu naître au cours de l’année suivante.

Le changement du jour au lendemain est un mythe. C’est rassurant de se dire « à partir de demain on peut être qu’on veux ». Mais c’est se voiler la face. La seule façon de changer, est de manière incrémentale.

Les « petites victoires » n’ont rien de petit. Elles créent un renforcement positif dans votre psyché. Et c’est leur accumulation qui permet les grands changements.

Le confort est votre ennemi

Quand vous voulez vous arrêter, c’est que continuer vous paraît inconfortable. On veut tous arrêter ce qui nous rend inconfortable, non?

Pourtant le confort est sûrement la source de tout ce qui vous déplait aujourd’hui dans votre vie.

Si vous êtes qui vous êtes aujourd’hui, il y a une raison. C’est que cela vous est confortable.

L’être humain est capable de trouver le confort dans les recoins les plus sombres de l’existence. Obésité, surendettement, haine de soi. De nombreuses personnes y font face au quotidien, et ça ne les stresse pas plus que ça.

La première chose à faire, quand on veut réellement changer, c’est d’accepter l’inconfort. Changer est difficile. Accomplir un projet est difficile. Et vous ne pourrez pas y arriver en préservant votre confort.

Qui est assez fou pour passer ses soirées à bûcher alors que la dernière saison de The Walking Dead est dispo en quelques clics?

Tant que vous n’abandonnez pas, la partie n’est pas finie

Tout simplement. Il n’y a que l’abandon qui peut mettre fin à vos ambitions. Vous pouvez perdre du temps, faire fausse route, multiplier les erreurs, tant que vous n’abandonnez pas, vous êtes toujours dans la partie.

Cependant, il faut parfois abandonner. Mais si vous n’avez pas essayé de tout donner pendant au moins quelques mois sur un projet, si vous n’avez pas fait tout ce qui était en votre pouvoir, l’abandon sera forcément une perte.


Pour ceux qui procrastinent, commencer quelque chose est déjà un progrès. Mais ce n’est que le début du chemin. Il est encore plus important d’être capable de renouveler son effort au quotidien.

Commencer est souvent une affaire de motivation, garder le cap est une affaire de discipline.

Et c’est là que se trouve toute la difficulté de la réalisation d’un projet. Lorsque la motivation faiblit, et que les obstacles commencent à apparaître.

Qu’est ce qui vous pousse à vous accrocher? Comment nourrissez vous votre Mindset dans les situations difficiles? Partagez avec nous vos meilleurs trucs pour garder le cap!